GUÉRIR DE VOS BLESSURES  

La réalité brise nos cœurs et notre esprit…
–  P
sychanalyste William Ronald Fairbairn.  

Y a-t-il quelque chose provenant de votre passé qui vous hante ? Constatez-vous qu’un vécu pénible affecte aujourd’hui votre relation ? Vivez-vous encore assujetti(e) à des voix parentales ou à des jugements provenant du passé ? Ressentez-vous du chagrin ou de la douleur liés à votre histoire d’abandon ou de manque ? Ressentez-vous encore de la colère envers vos parents ou vos proches ? Par la pratique de l’Autoquestionnement Non Duel, vous quittez l’idée d’être marqué(e) à vie par les blessures du passé. Au cours d’un travail intensif individuel en trois jours, vous pouvez aller à la rencontre de vos émotions avec compassion et bienveillance, au même temps que vous démantelerez les croyances qui confirment vos blessures. Vous avez assez souffert. Aucun être humain ne peut être marqué à vie par les blessures du passé, si ce n’est que par son système de croyances. En le démantelant, vous tournez votre regard vers le présent et vous découvrez une sérénité que vous n’aviez jamais imaginée.

L’histoire d’une blessure
L’esprit de notre « enfant du passé » a été brisé par ce « qu’il a cru être la réalité ». Lors de circonstances confusionnelles et pénibles, cet enfant a douté de Soi et il a cru qu’il n’était pas ce qu’il aurait dû être. Ce doute primal lui a fait perdre contact avec son vrai Soi. Sa sensation de « Je Suis », sans définition, à été masquée. Son esprit s’est alors divisé  en  de multiples « identités mentales » qui correspondent à  des « voix  parentales et enfantines », intériorisées par l’enfant du passé. Ces « voix » ont structuré son sens du « moi » et aujourd’hui elles hypnotisent l’adulte. Nous avons tous adopté un « je/moi » conceptuel, fragmenté et illusoirement séparé d’Être

Cela est la blessure primale, la sensation d’être de multiples « moi »
La certitude d’être séparés d’Être,
 de notre vrai Je Suis…

Par exemple, remarquez votre identification avec « l’observateur jugeant ou avec le moi jugé ». Parfois vous croyez être « l’observateur évaluant ou le moi évalué », le « surmoi ou le moi soumis », le « moi possessif et le moi possédé »… Vous « croyez être » toutes ces « voix qui dialoguent ». Quand vous investiguez « ce qu’elles sont », vous constatez qu’elles proviennent du passé et qu’elles ne sont qu’imaginaires. À ce moment-là, « elles » cessent d’avoir une emprise sur vous.

Qu’est-ce qu’une blessure du passé ?
Pendant l’enfance, comme tout le monde, vous avez « intériorisé » les réactions, attitudes, comportements et croyances restrictives de vos parents et des autres adultes qui prenaient soin vous. En même temps vous avez « intériorisé » vos propres réactions d’enfant, ainsi que vos interprétations et images conçues dans les contextes effrayants ou confusionnels. Tout le monde a survécu à un système familial dysfonctionnel transgénérationnel,  qui a produit un trauma émotionnel. Pour en savoir plus au sujet de trois types de famille dysfonctionnelle, cliquez ici

La répétition inconsciente de ces scénarios dans votre esprit, constitue la « blessure du passé ».
Par exemple, si l’un de vos parents semblait vous aimer, mais en même temps il/elle vous rejetait, vous humiliait, vous utilisait, vous manipulait, vous possédait, vous négligeait ou brutalisait…, l’enfant que vous étiez a certainement intériorisé l’image de ce parent, ainsi que la sensation de n’être qu’un enfant dépourvu de pouvoir. L’idéalisation « négative ou positive » de ce parent, s’est fixée dans  votre esprit. Cet enfant a fait de ce parent un dieu tout-puissant 
par exemple, ou une sorcière méchante. Puis, il a fait un « pacte » inconscient avec ce parent.

En tant qu’adulte, cette idéalisation et ce pacte se répètent en vous. Inconsciemment, vous reproduisez ces scénarios, dans des situations qui vous font revivre ce passé. Vous agissez inconsciemment comme le parent ou comme l’enfant du passé, alternativement. 

Les conséquences possibles : aujourd’hui à cause de ce scénario inconscient vous vous méfiez des autres et les  maintenez à distance, ce qui vous isole. Ou bien vous cherchez inconsciemment des personnes qui vous font souffrir de la même façon. Ou encore, vous agissez comme ce parent et ce faisant, vos attitudes font souffrir d’autres personnes. Ou bien, vous souffrez d’une dépendance affective ou d’un trouble de la personnalité qui vous empêche d’incarner votre autonomie d’adulte.

Autre exemple : vos parents étaient impeccables, mais ils devaient travailler. Ils vous ont laissé(e) aux soins de quelqu’un qui s’occupait de vous pendant leur absence. Conditionné(e) par lblessure primale décrite précédemment et en ayant sur-idéalisé ces parents impeccables, vous avez créé un scénario mental qui vous a fait croire que vous n’êtes pas ce que vous « devriez être » 

L’enfant du passé hypnotise l’adulte d’aujourd’hui.
Cela influence vos relations intimes. 

Le « scénario inconscient » nécessite d’être détecté et démantelé pour que la blessure de passé cesse d’exercer un pouvoir hypnotique sur vous.

Dans quelles circonstances les blessures du passé se réactivent-elles ?
La vie amoureuse est sans doute le contexte où  « les blessures du passé » se réactivent le plus. Cependant, il se peut que vous soyez sous leur emprise au quotidien.  Le passé se revit constamment au présent à chaque fois qu’un stimulus réactive votre scénario inconscient. Cela s’appelle « régresser en âge ». La plus ancienne blessure est le choc de séparation décrit dans le premier paragraphe de cette page. Dans la toute petite enfance, entre 8 mois et 3 ans, chacun(e) a vécu un terrible choc  de « séparation imaginaire » d’avec son vrai Soi. Ce choc a été largement occulté et/ou ignoré. Cependant, celui-ci reste indéniablement présent sous la forme d’une « urgence primale de fusion » tout aussi niée qu’ignorée ; urgence ou désir qui sert à résister à la douleur de séparation.  Le pendule : séparation — fusion, fusion — séparation, séparation — fusion, cache la douleur de séparation de l’enfant. Elle se manifeste par l’idée magique inconsciente de pouvoir enfin trouver quelqu’un qui va  nous guérir de cette blessure. Cette personne peut être un(e) ami(e) ou le conjoint, un membre de la famille, votre enfant, un thérapeute, un guide, un gourou, quelqu’un d’idéalisé… C’est ainsi que lorsque l’état amoureux survient, chacun « régresse en âge » à sa façon. En état régressif, vous pourriez croire par exemple, que cette personne va vous sauver, vous protéger, vous libérer de vous-même… Inconsciemment, vous demandez à l’autre de guérir votre blessure primale non identifiée, non explorée et non questionnée. Cela est la « pensée magique » de l’enfant du passé. Personne d’autre que vous ne peut vous aider à retourner à votre vrai foyer qui est votre nature ineffable…

La pensée magique de l’enfant du passé, hypnotise l’adulte d’aujourd’hui.
À moins que vous ne détectiez, questionniez et laissiez aller les scénarios inconscients
et les croyances à propos de vous-même, 
vous souffrirez encore des conséquences.

Les interprétations que l’être humain fait de ce qu’il imagine être « la réalité », produisent une sourde souffranceLors de l’ancrage de scénarios inconscients décrits antérieurement, vous avez fait des interprétations à votre égard, qui vous blessent. Les émotions refoulées qui en découlent, se réactivent lors d’une rupture difficile ou dans des situations qui déclenchent vos sensations de rejet, d’abandon, de disqualification, d’humiliation… Ces croyances de base de nature  imaginaire,  entrent comme des fantômes  par la la porte de derrière... Elles vous attendent pour vous dire que vous êtes nul(e), indigne, méchant(e), incorrect(e), non évolué(e)… Ces croyances réactivent votre doute primal, votre culpabilité et vos peurs… 

Reconnaître vos programmations ou états hypnotiques pour les démanteler
Les signes de nos blessures sont entre autres, de fréquents états hypnotiques tels que :
–  La régression d’âge et/ou de confusion mentale.
–  Le désir infantile d’ une fusion totale avec l’autre.
–  L’idéalisation ou sur-idéalisation de l’autre.
–  La dissociation, l’engourdissement et/ou le déni.
–  La sur-adaptation aux besoins et désirs de l’autre.
–  Le rêve éveillé continuel.
–  Les pensées obsessionnelles projetées sur le future et le catastrophisme.
–  Des réactions émotives extrêmes de peur, de tristesse, de colère, d’honte et de culpabilité…
–  Des symptômes du trauma émotionnel
Suivez le lien

Rien n’est fondamentalement correct ni incorrect. Les états hypnotiques sont naturels,  et font partie de notre condition humaine. Ceci dit, si vous remarquez qu’un état hypnotique se présente continuellement, cela peut vous aider à détecter et à identifier les blessures provenant du passé. Si vous êtes dans le déni ou dans l’ignorance de vos mécanismes, vous ne pouvez rien y faire; vous vivez sous leur emprise hypnotique.

Procédure
Pour guérir de vos blessures, il est fondamental de: 

– Identifier les états hypnotiques décrits dans la liste précédente.
– Reconnaître les régressions d’âge  et la fréquence de ces régressions.
– Intentionnellement régresser aux événements où la blessure s’est fixée.
– Aller à la rencontre de ce que vous ressentez  avec compassion et bienveillance.
Découvrir et identifier les croyances qui se sont fixées lors de ces événements.
– Questionner ces croyances et les regarder pour ce qu’elles sont.
– Faire un processus approfondi, dans le but de se réveiller de son hypnose identitaire. Lien
– Découvrir un nouveau mode d’action lié à la spontanéité et à une nouvelle énergie retrouvée.

Outils et traitement
– Vous répondrez à des questions contextuelles pour repérer les blessures du passé qui ont confirmé vos doutes et la sensation profonde de manque.
– Vous serez guidé(e) dans des répétitions programmées de certaines mémoires, pour aller à la rencontre de votre ressenti et détecter les croyances et mécanismes qui entretiennent la blessure affective.
– Vous apprendrez à questionner les interprétations et croyances à votre égard que se sont ancré en vous, lors de vos blessures et vous apprendrez à démanteler ces croyances.
– Vous exécuterez des mouvements en diagonale des yeux et des bras, afin de déprogrammer au niveau du cerveau votre identification à la blessure; méthode provenant des dernières investigations de la neuroscience.

Vous sentez-vous prêt(e) ? Cliquez ici